Yéro Boly, ambassadeur du Burkina Faso au Maroc : Nous nous employons à faire prendre en charge la question de la suppression du visa entre nos deux pays

Yéro Boly, ambassadeur du Burkina Faso au Maroc : Nous nous employons à faire prendre en charge la question de la suppression du visa entre nos deux pays – Yéro Boly est l’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire du Burkina Faso au Maroc.

En poste à Rabat depuis 2011, c’est avec la pensée que la communauté burkinabé du Royaume chérifien accueille la haute et forte délégation burkinabé conduite par le Président Faso pour participer à la 25ème session du Forum de Crans Montana qui s’est tenue du 19 au 22 juin au capitale marocaine. Dans cet entretien qu’il a eu la gentillesse de nous accorder, il a fait le point sur la rencontre entre Blaise Compaoré et le Maroc burkinabé, son bilan du séjour marocain par les autorités burkinabè et a évoqué des questions importantes sur les visas entre Ouaga et Rabat. .

Lefaso.net : Vous avez reçu ces jours-ci la visite d’une haute délégation burkinabè conduite par le Président Faso. En tant qu’ambassadeur, quel bilan tirez-vous de cette visite de la plus haute autorité du pays à Rabat ?

Yéro Boly : C’est un résultat très positif. Comme vous le savez, le Président Faso est venu ici pour participer au Forum de Crans Montana, qui est un rassemblement annuel de personnalités du monde politique et des affaires pour faire le point sur les questions d’actualité de notre temps. Comme vous l’avez peut-être remarqué, le Président Faso s’est distingué comme un homme de paix et comme un chef d’État stabilisateur en Afrique de l’Ouest.

Lefaso.net : Que pensez-vous de cette différence avec le Président Faso ?

Yéro Boly : C’est un honneur décerné à notre pays à travers son chef d’État. C’est aussi une reconnaissance des mérites de tout ce qu’il a fait dans la sous-région pour assurer la consolidation de la paix à tout moment. Je n’ai pas besoin de citer d’exemples. Si vous parcourez notre quartier, il est plus facile de voir tout ce qu’il y a à faire au Togo, en Côte d’Ivoire, en Guinée, au Mali, etc.

A mon avis, le Président du Forum, Jean-Paul Carteron, lui a décerné ce prix pour l’ensemble de ses prestations. Je crois aussi que c’est une incitation pour l’encourager à poursuivre ses efforts en faveur de la paix dans notre sous-région.

Ensuite, je veux parler de la rencontre des hommes d’affaires burkinabés et marocains, qui est l’occasion pour eux de se reconnecter et de trouver des moyens de renforcer nos liens économiques. Ce sont des relations qui existent déjà sur de nombreux fronts, mais cette rencontre au forum de Crans Montana est l’occasion de les revoir et de voir jusqu’où elles peuvent être approfondies.

Lefaso.net : Quelle est la situation actuelle des relations économiques entre le Burkina Faso et le Maroc ?

Yéro Boly : Ce sont des relations utiles, ce sont des relations qui demandent à être davantage incarnées. Au-delà des accords juridiques qui nous lient, les Burkinabè et le Maroc en termes d’économie, en termes de commerce, doivent aller de l’avant pour concrétiser ce qu’ils ont conclu à travers des réalisations tangibles

Lefaso.net : Dans ce cas, peut-on espérer la suppression des visas entre le Burkina Faso et le Maroc ?

Yéro Boly : C’est une préoccupation qui a été soulevée à plusieurs reprises et nous travaillons pour que cette question soit abordée non seulement pendant, peut-être la prochaine Commission mixte, mais en continu jusqu’à sa conclusion.

Lefaso.net : Quand se tiendra la prochaine commission paritaire ?

Yéro Boly : Théoriquement, c’est cette année et ça devrait être au Maroc. Nous attendons une proposition des autorités marocaines qui sont interpellées sur le sujet. J’espère que ce sera l’occasion de voir comment aborder cette question et de la concrétiser le plus rapidement possible.

Lefaso.net : Au niveau de la communauté burkinabè, que peut-on faire suite au séjour de la première délégation burkinabè à Rabat ?

Yéro Boly : La communauté burkinabé est réconfortée en acceptant le président Faso, en acceptant les membres du gouvernement, ainsi qu’en acceptant l’opérateur économique burkinabé. C’est une communauté qui se sent plus réconfortée depuis que le Président Faso a donné une audience (ndlr : c’était le 20 juin 2014 à l’hôtel Sofitel) non seulement pour les travailleurs burkinabè vivant au Maroc mais aussi pour l’ensemble de la communauté burkinabè des étudiants et du personnel de l’ambassade.

Nous discutons de certaines des préoccupations qui leur appartiennent. Nous avons également profité de l’occasion pour entendre les messages du Président Faso concernant les efforts déployés par le gouvernement pour promouvoir le développement dans tous les secteurs de notre pays, puis avons également reçu ses suggestions concernant sa contribution. la contribution que peuvent apporter les étudiants et en particulier comment intégrer les jeunes diplômés sur le marché du travail au Burkina Faso.

Lefaso.net : Il y a donc bon espoir pour l’avenir…

Yéro Boly : Bien sûr qu’il y a de l’espoir pour l’avenir et qu’il n’y a aucune raison de baisser les bras. Je pense que c’est une visite qui nous a encouragés, c’est une visite qui a consolidé notre solidarité aussi, c’est une visite dont nous avons beaucoup appris et nous espérons qu’il y aura plus de visites de ce type.

Luke Weaver

Back to top