Union africaine : Réaliser de réels progrès sur l’autonomisation des femmes en 2015

Union africaine : Réaliser de réels progrès sur l’autonomisation des femmes en 2015 – En attendant la rencontre des chefs d’Etat et de gouvernement prévue pour les 30-31 janvier ;

les travaux du 24e sommet de l’Union africaine se poursuivent dans la capitale éthiopienne, Addis Abeba.

Sur le thème de l’autonomisation des femmes et du développement de l’Afrique pour la concrétisation de l’Agenda 2063.

Les délégations, venues des Etats membres de l’Union, y compris de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), participent depuis le 23 janvier 2015 à plusieurs réunions pré-sommet au centre de conférence de l’Union africaine.

C’est dans cette dynamique que le Conseil exécutif a débuté ce lundi 26 janvier 2015 sa 26e session ordinaire sous la présidence de Fatma Vall Mint Soueina.

La ministre mauritanienne des affaires étrangères a souligné la nécessité de persévérer dans les efforts concertés pour relever les grands défis qui s’imposent à l’UA dans le cadre de ses plans et programmes pour la concrétisation de l’Agenda Afrique 2063 décidé ;

en particulier la promotion des femmes pour leur permettre de jouer véritablement un rôle dans le développement du continent.

Rapport d’activités 2014 et agenda 2063 de l’UA

Les membres vont examiner le rapport d’activités de la Commission de l’UA en 2014.

Ce rapport met en exergue, selon Nkosazana Dlamini Zuma, le travail de la Commission de l’UA sur l’agenda 2063 et les étapes entreprises en collaboration avec les communautés économiques régionales et les Etats membres pour accélérer l’intégration continentale et réaliser les aspirations des peuples, conformément à la vision de l’UA qui vise à « bâtir une Afrique intégrée, prospère et en paix, soutenue et dirigée par ses propres citoyens et constituant une force dynamique sur la scène mondiale ».

Soutenue par la vision de l’organisation, l’Agenda 2063 représente un effort collectif et une opportunité de renaissance pour l’Afrique.

Après deux ans de gestation marquée par des concertations tous azimuts avec la société civile, la diaspora, les citoyens, les experts et planificateurs, les gouvernements des Etats membres, les communautés économiques régionales et les organes de l’UA, ledit agenda va être présenté pour adoption à ce 26e sommet de l’UA, toujours selon Mme Zuma.

Une fois adopté, l’agenda devrait être assorti d’un premier plan d’actions de dix ans destiné à mettre en œuvre la vision de l’Union africaine.

Ce premier plan décennal devrait porter entre autres sur la mise en œuvre de grands projets intégrateurs du continent tels l’université panafricaine, un marché africain de libre échange, la réalisation du Barrage hydroélectrique Inga.

Autonomisation des femmes africaines

Sur la question de l’autonomisation des femmes africaines, au cœur du présent sommet de l’UA, la présidente de la Commission a plaidé pour un accroissement de la proportion des femmes dans les sphères gouvernementales, judiciaires et dans les autres institutions publique et privées, ainsi que de leur participation aux négociations de paix.

Mme Zuma a en outre exhorté les hommes à œuvrer ensemble avec les femmes pour l’atteinte des objectifs de cette année 2015 dédiée à l’autonomisation des femmes.

« Il s’agit d’améliorer la vie de plusieurs femmes africaines à travers des actions pratiques dans l’agriculture, la science, la technologie, l’innovation et l’éducation ;

dans le développement des affaires et l’accès aux financements ; la santé et les droits au planning familial ;

les campagnes contre les violences faites sur la base du genre, les violences sexuelles dans les conflits et les mariages précoces ».

Bref, insiste la présidente de la Commission de l’UA, « après cette année, nous devons réellement avoir une impulsion irréversible en faveur de l’émancipation des femmes sur le continent ».

Pour le secrétaire général adjoint de l’ONU et secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique, Carlos Lopes, Nkosazana Dlamini incarne en elle-même les progrès que l’Afrique est en train de réaliser en termes d’autonomisation des femmes, mais que l’on doit encore faire beaucoup plus au regard des défis qui restent à relever en la matière.

Ebola, Boko Haram

Au-delà des problématiques de l’agenda 2063 et de l’autonomisation de l’autre moitié du ciel africain, les intervenants de la 26e session ordinaire du Conseil exécutif de l’UA ont abordé d’autres questions.

Il s’agit d’abord des préoccupations sécuritaires avec les menaces que représentent les groupes comme Boko Haram en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Pour Nkosazana Dlamini Zuma, ce n’est pas seulement une menace contre des pays mais une menace globale de toute l’Afrique qui doit être traitée dans un cadre global avec l’Afrique en tête.

Et de saluer le gouvernement tchadien pour sa disponibilité à assister le Cameroun dans ce combat contre Boko Haram.

Le problème du virus Ebola qui reste d’actualité dans trois pays de l’Afrique de l’Ouest à savoir la Sierra Léone, le Libéria et la Guinée ;

a été l’autre préoccupation évoquée. Aux différents acteurs qui ont contribué à ce que l’épidémie soit contenue, la présidente de la commission de l’UA a aussi rendu un vibrant hommage.

De ces questions de Boko Haram, Ebola et autres, l’on en parlera encore, sans doute, au cours de ce 26e sommet de l’Union africaine qui est encore loin d’avoir livré toutes ses conclusions.

Back to top